Medieval iniuria as a social mirror

Main Article Content

Petra Vručina

Abstract

Dans les sources judiciaires il s'apparaît un phénomène intrigant – les insultes sont persécutées. Cependant les pénalités n'étaient pas hautes, le fait que la société médiévale a eu besoin de les condamner, signifie beaucoup. Donc, cet article analyse les affaires judiciaires liées avec les insultes dans Trogir, Zadar et Dubrovnik en essayant d'argumenter que les insultes en disséminant les rumeurs pouvaient menacer l'image des individus parce que les insultes portent une connotation des comportements immoraux et lient les individus avec les gens qu’on peut décrire comme marginaux. On voit que fama publica s'apparaît souvent dans les législatives des communs à l'est côte d’Adriatique. De plus, avec les rumeurs le pouvoir civil pouvait commencer l'enquête judiciaire ex officio, ou argumenter l'accusation. Ensuite, en analysent les sources on voit que cette marginalité est diffèrent pour les femmes et pour les hommes. Les femmes sont insultées à cause de son comportement sexuel considéré comme immoral, et les hommes pour son honnêteté et l'honneur. Le discours des insultes est un miroir du construit social du system patriarcal. En outre, l'analyse des insultes nous montre que le groupe social des servi n'était plus considéré comme marginal au début de 15e  siècle. Aussi, il nous montre que les nobles n'avaient pas le pouvoir en toutes les sphères. Bien qu'ils aient eu le primat politique, ils devaient accepter l'expression du pouvoir social en sphère publique.

Article Details

How to Cite
VRUČINA, Petra. Medieval iniuria as a social mirror. Povijesni prilozi, [S.l.], v. 54, may 2018. ISSN 1848-9087. Available at: <http://pp.isp.hr/?journal=PP&page=article&op=view&path%5B%5D=30>. Date accessed: 18 nov. 2018. doi: https://doi.org/10.22586/pp.v54i1.30.
Section
Articles